Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

10 KM DE VENDENHEIM raconté par Denis.........

Publié le par Jean-Georges


Coup de Pistolet ! Les 401 participants aux Boucles Fédinoises s’élancent sous un agréable soleil d’Automne. La Partition est posée.
Dès les premiers virages Arnault BUCHER et Fabrice WESTENHOFFER, déjà dans leur duel, s’éloignent irrésistiblement…je ne les reverrai qu’à l’arrivée. Les Ténors s’envolent… De grosses grappes de coureurs dévalent la pente en direction du premier kilomètre que j’avale en 3’20 ; ça va vite, trop à mon goût et j’adapte mon allure avant la première montée. Pianissimo. Aujourd’hui il faut être un métronome car ce tracé avec beaucoup de virages, de relances et deux belles côtes à chaque boucle exige de la régularité mais me convient parfaitement. Il faut bien s’accorder. Tout le monde en profite pour jauger l’autre et profiter au maximum du peloton, de l’Orchestre ! On dit que la course sur route est un effort individuel mais sur ce type de parcours sélectif les alliances de circonstance sont indispensables et l’effort devient collectif. Une symphonie ne se joue jamais avec un seul instrument. 17’52 au 5ème kilomètre avec de bonnes sensations et bien accompagné par d’autres furieux, dont Mathieu MOTSCH (Sport Expert n° 523) et un « t’es qui toi ? » (pour Henri !) de Illkirch fort sympathique, avec lesquels je maintiens un train assez élevé. Allegro Moderato. La deuxième montée dans le village au 7ème kilomètre fait éclater définitivement les rescapés de notre groupe et nous permet de rattraper pas mal de coureurs partis trop vite et qui « explosent » maintenant : un 10 km se gère et ne pardonne jamais…Pas de fausses notes autorisées. Parfois la course à pied apporte des moments uniques de plénitude et de symbiose dans l’effort. C’est l’harmonie ! Les 3 derniers kilomètre de cette course en font parties : Mathieu et moi finissont ensemble à pleine allure, chacun relançant l’autre lorsqu’un instant de doute ou de baisse de régime se fait sentir. Fortissimo. 35’42, un deuxième tour en 17’50, 9ème scratch et 2ème V1M…la course à pied est une musique qui se joue en rythme. Le métronome s’arrête et la partition se referme jusqu’à la prochaine course.


 
Denis GUITTET



Commenter cet article