Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

32ème montée du Grand Ballon

Publié le par Jean-Georges

 

Florian et moi avons  programmé cette course pour nous préparer au semi-marathon  d’Aletsch (suisse), le dénivelé étant exactement le même (1200 D+)  mais sur une distance beaucoup plus courte (Grand ballon 13,5 km /  Aletsch 21,1 km) donc beaucoup plus raide.

 

P1410427 

Malheureusement la météo n’était pas de la partie et n’en faisait qu’à sa tête, toute la semaine sur les différents sommets des Vosges il pleuvait et pire encore, le jour précédent la course il neigeait et les sommets étaient revêtu d’un léger manteau blanc.

Après une longue discussion avec Florian, qui a réussi à me convaincre, j’ai quand même décidé d’y aller. La grande surprise était au réveil, ciel ensoleillé et aucun nuage,  les dieux seraient t’ils avec nous ? En tout les cas d’après les organisateurs, ce serait la première fois qu’il y a une météo aussi favorable depuis la première édition il y a 32 ans.

Serait-ce grâce au déplacement du RACW, allez savoir !

Arrivé sur place, on s’est tout de suite rendu compte de l’ampleur de cette course, depuis trois années consécutives la montée du Grand Ballon fait partie de la coupe du monde de course de montagne, cette année elle était la première sur cinq courses dont Grintovec (Slovénie), Mayerhoffen (Autriche), Ponte di Lego (Italie) et Bursa (Turquie). 

Imaginez-vous le plateau d’Athlètes mondialement connu, présent ce jour là, même l’ambassadeur de Turquie était présent pour accueillir un des meilleurs grimpeurs du monde ARSLAN AHMET qui a d’ailleurs remporté l’épreuve en 59’28’’ meilleur chrono affiché sur cette course.

 

parcours 

En ce qui concerne ma course, que du bonheur ! Soleil, montagne, nature, alpage, et que de la montée. La première partie de la course était la plus dur, deux petits murs qui calmaient les esprits dès le départ et à partir du sixième kilomètre la longue ascension vers le sommet dont on  pouvait apercevoir le radar et le monument des diables bleus dès les premiers hectomètres de la course.

 

grand-ballon02.jpg

 

Belle séance de côte, on ne trouvera pas mieux dans notre région. Il y a mille façons de se préparer au dénivelé, Florian, Victor et moi avons choisi le grand Ballon et croyez moi, sans regrets.

Christine Poyet était aussi de la partie et s’est très bien défendu sur la course féminine (8.3km / 832 D+). Il faut aussi dire qu’elle rate le titre de championne d’Alsace suite à un problème de maillot, chose assez fréquente chez Christine.

 

Résultats :

13500 (1241 D+)

     

VICTOR PFISTER

1h29'05''

7

ESM

FLORIAN BAYER

1h30'33''

8

ESM

JEAN-GEORGES BAYER

1h30'43''

30

V1M

JEAN-LUC SCHWEITZER

1h30'44''

11

V2M

       

8300 (832 D+)

     

CHRISTINE POYET

0h55'26''

7

SEF

 

 

La course vue par Victor :

 

Afin de me préparer correctement pour le semi d’Aletsch, j’ai décidé avec Jean Georges et Florian de m’inscrire à la montée du grand ballon, course de montagne par excellence, avec du bon dénivelé (+ 1200).

 P1410500.JPG

Toute la semaine précédant la course, je regardais le sommet par la fenêtre de ma cuisine et je me disais: “dans quelques jours, on va en baver la haut.”

Quand nous sommes arrivés sur place, nous étions déjà très contents de la météo, grand soleil, 18° en bas et 9° en haut. Puis, au fur et à mesure que le temps avançait, nous avions de plus en plus envie d’en découdre, surtout en voyant tous les grands champions qui s’échauffaient.

  

Vint enfin l’heure du départ.

Je suis partit assez à l’avant de la course, pour ne pas me faire piéger dans les entonnoirs au niveau de l’entrée des sentiers, mais bon, les premiers étaient déjà loin.

 

 La première partie de course était assez roulante, avec quelques petites cotes, mais rien de grave par rapport à ce qui nous attendait 5 km plus loin.

En effet, une grosse montée juste avant Goldbach, puis un léger replat, et c’était reparti pour “un mur” en sortie de Goldbach: sur 500 m, j’ai vu peu de coureurs qui ne marchaient pas tellement c’était raide. J’aurais bien aimé voir les premiers sur cette partie.

Après cette cote, une petite descente nous permettait de relâcher un tout petit peu les muscles, et après, plus que de la montée: 6 km avec le pourcentage qui augmente de plus en plus jusqu’au sommet du grand ballon. Les décors défilèrent: au début, que de la foret, puis quelques pâturage, puis de nouveau de la foret, ensuite vinrent les alpages et pour finir la dernière partie en sol très caillouteux à 1400 mètres.

Vers le sommet, je jetais quelques coups d’œil pour voir le paysage, mais je préférais regarder où je mettais mes pieds, surtout dans la partie caillouteuse.

Une fois arrivés, nous en avons profité pour monter jusqu’au sommet du radar, pour, cette fois ci, pouvoir vraiment et tranquillement admirer le paysage.

 

Je reviendrais courir au grand ballon, car c’est vraiment mon style de course, même si ça fait mal sur le moment.

 

Merci encore à Jean Georges pour cette très belle journée !

 

 

 

Commenter cet article

Christophe 22/05/2012 20:22


BRA-VO les gars !!! Joli tir groupé !! Je suis ADMIRATIF de vos exploits ... comment vous faites ... et la récup ... après toutes ces courses !!!! Je crois que j'ai trouvé une bonne ...
bière  et ça repart !!!

JG 22/05/2012 22:39



Merci Christophe pour tes compliments,


L'essentiel, c'est de se faire plaisir et ce qui concerne la récup, ne t’en fais pas, on est suivi par notre entraineur EICHI qui nous a concocté un plan
d’entrainement qui jusqu'à aujourd'hui, c'est avéré fructueux.


A bientôt à Morsbronn


 



Franck LINCK 21/05/2012 21:55


On a discuté au départ et à l'arrivée du Grand-Ballon. On s'est aussi croisés aux Soultzerkopf et à Bergzabern. Maillot Schroff Sports.

JG 21/05/2012 22:11



Ah ben oui !  maintenant je peux enfin mêtre un nom sur ta silhouette.


Félicitations à toi aussi pour tes 1h27'21'' Et à bientôt sur les courses.



Franck LINCK 21/05/2012 20:17


Bravo pour votre récit et vos perfs !

JG 21/05/2012 21:49



Merci pour vos compliments,


Qui est Franck ?



jerome 20/05/2012 10:05


et les gars n'oubliez pas: si vous n'en avez pas encore assez il reste le Maratrail en juin :-)

JG 20/05/2012 10:26



Stop,stop restons raisonnable, en juin j'ai encore le triathlon en relais (semi-marathon) avec Jean-Marc et Sébastien et quinze jour après le semi d'Aletsch. Tout est programmé



henri 19/05/2012 20:15


Super entrainement, pour de courageux grimpeurs,bravo!!!

seppele 19/05/2012 11:31


tres belle course en effet lors des premieres editions elle fesait 18,5km


je me souviens tres bien soleil radieux au depart et 12-13 degré et 30cm de neige


et 1 degré à l'arrivée mais cette course il faut l'avoir fait aumoins une fois dans sa carrière