Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

80 km du Mont-Blanc

Publié le par Jean-Georges

Il y a une grosse semaine, j'ai pu participer à mon premier ultra trail: les 80 km du Mont Blanc. J'ai passé une magnifique journée dans la vallée de Chamonix où l'on sent que le trail fait partie de l'ADN de ses habitants.

Après des mois de préparation, de nombreuses sorties longues, d'interminables séances sur piste, sans compter les longueurs de piscine, cet ultra semble être passé tellement vite! Pourtant, tout ne fut pas simple...

Départ quatre heures du matin dans les rues de Chamonix. C'est parti pour en réalité 87,5km de sentiers très techniques, aériens, avec 6200 mètres de dénivelé positif (ça c'est le côté officiel: certains GPS affichaient 90km pour 7000m de D+). Nous sommes 1118 coureurs au départ, je me noie volontairement dans la fin du second tiers du peloton. Cela me coûte quelques bouchons et ralentissements. Sur le coup, cela me frustre un peu, mais cette économie fut indispensable.

Au Brévent (km 9,5), à 2500 mètres d'altitude, je pointe en 600ème position. Je range la frontale dans le coffre et j'apprécie le panorama monstrueux: le Mont Blanc sans un seul nuage. S'en suit un sentier en balcon jusqu'au km 27, où se tient un ravito important avant d'aborder une boucle sauvage et très difficile avec trois cols, dont le col du Corbeau à 2600 mètres, mais aussi de la neige, beaucoup de neige, des passages en via ferrata, des cailloux, des cailloux et encore des cailloux...

21581551

Vallorcine (km 49), je m'accorde une heure de pause, pour reprendre des forces, me changer les idées. Je ne me sens pas au mieux, il faut dire qu'il y avait un manque d'eau au précédent ravitaillement, il fallait gérer. Sans doute un début de déshydratation. A côté de moi, c'est l'hécatombe... A cet endroit, plus de 300 coureurs abandonneront. Je repars 402ème, pas encore fixé sur mon sort, car il reste du chemin et le parcours est très difficile. L’ascension de l'Aiguille des Posettes (2200m) est difficile bien que peu technique, un soupçon de doute s'installe, mais après quelques hectomètres de descente, je me dis que c'est dans la poche! Il restait à ce moment-là 30 bornes  et 1500m de D+, dont une partie à faire de nuit, mais j'étais certain de terminer.

Classement profil

Après quelques kilomètres reposants, il faut ré - attaquer au sortir du dernier ravito solide des Bois (km 70) que je quitte à la 329ème position. La fin du programme: le Montenvert (1900m) avec vue splendide sur la mer de Glaces (enfin ce qu'il en reste...), un sentier en balcon montant au Plan de l'Aiguille (2200m) et une descente nocturne de 7km pour atteindre Chamonix. Ces sept derniers furent difficiles mentalement, surtout quand on n'aime pas descendre!

Arrivee-copie-1.jpg

 

 

Au final, après 20h09'58, je boucle la boucle 318ème sur 1118 partants, très content. J'ai pris mon pied sur quasiment tout le parcours, sans gros pépin, sans crampe, sans blessure. J'ai mis du temps, mais je ne pouvais pas espérer mieux, m'estime chanceux surtout compte tenu des 50% d'abandons ce jour - là. Des manques d'eau expliquent en partie les défaillances, au point que l'organisateur adresse des excuses publiques quelques jours plus tard... La difficulté du parcours n'y est sans doute pas pour rien non plus.

 

 

 

Un grand merci à Edith pour ses conseils!  Chapeau, car même à distance, elle parvient à encourager, à remotiver.


A bientôt,

 Thomas


 

Commenter cet article