Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Championnats de France Universitaire

Publié le par Jean-Georges

 

la-robinsonnaise-2012-afficheEn plus d’avoir coaché l’équipe de l'Université De Strasbourg avec trois de mes collègues, je me suis aligné sur le 10km lors de ces championnats de France. Le 10km se déroulait dans le cadre d’une course régionale « La Robinsonnaise » à Le Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) ville classée la plus fleurie d’Europe !

   

Après 7h de bus dont 2h sur le périphérique ! J’avais vraiment hâte d’en découdre !  Je n’attendais que cela avec mon équipe.  Le parcours était vraiment magnifique ! Sans doute l’un des plus beaux que j’ai pu faire. Nous avons traversé de merveilleuses petites ruelles ainsi que des parcs merveilleusement aménagés. Sans aucun doute ville la plus fleurie d’Europe. Le parcours était fait de long faux plat montant et descendant. Pas visible à l’œil nu, mais faisant mal aux jambes J de plus le thermomètre de la ville affichait 33° le soir à 19h et cette chaleur se faisait vraiment ressentir ! Peut être moins pour le Kenyan Moses Kipruto qui remporte l’épreuve en 31’22 ! Moi je finis 42ème en 39’16 ce qui me permet de me classer 17ème universitaire ! Je suis assez satisfait de ce chrono !

 

100_4543---Copie.jpg 

Avec la merveilleuse prestation de l’équipe de l’Université de Strasbourg composée de Cyril HUSSER 34’28, Benjamin WALTER, 35’24 Johan PECK 37’04 et Florian BAYER 39’16, ont remportent le titre de Champion de France Universitaire par équipe !

 

Florian BAYER

 

Voir les commentaires

3ème Pentes et Côtes

Publié le par Jean-Georges

 

Pentes-et-Cotes.JPG

 

Résultats de nos athlètes: 

4 990 m      
HARIA Simon 20'41'' 1 CAM
LAFOND Michel 20'50'' 1 V3M
EHRISMANN Marianne 21'27'' 1 V1F
LUTZ Thibaut  22'00'' 2 MIM

9 980 m

     
BRUG Thierry 39'51'' 5 V1M
PFISTER Victor 39'58'' 1 ESM
WEISSE Henri 42'36'' 5 V2M
PFISTER Xavier 43'50'' 2 JUM
MOTZ Freddy 46'58'' 11 V2M
IFFRIG Etienne 47'16'' 1 V3M
EGLIN Yannick 48'47'' 23 SEM

 

 

Les résultats complets

du

4990m / 9980m

 

 

 

Voir les commentaires

Un athlète hors norme

Publié le par Jean-Georges

Jean-Michel Cardonna est un homme de défis. Afin de célébrer ses 55 ans, il a effectué l’ascension du Mont-Blanc avec son fils cadet.

jean-michel-cardonna-un-sportif-accompli-de-55-ans-photo-dn.jpg

Il a également participé récemment au marathon de Paris. Et avec ses deux fils, sportifs également, il a enchaîné un raid nature avec du VTT, du canoë, du roller, de l’escalade, du tir à l’arc et de l’équitation. Et enfin, tous les trois à nouveau ont survolé le massif vosgien pour un périple en paramoteur, leur pratique de loisir.

Par ailleurs, une semaine avant son marathon, il a participé au championnat du monde vétérans en Finlande, où il a pris la 16ème place en décathlon (épreuve combinée de course, saut et lancer en athlétisme) qui par ailleurs est sa spécialité sportive au titre de licencié du club de l’ANA-RAC de Wissembourg. Mais il relativise ses résultats, car ils sont peu d’athlètes à pratiquer ce sport après un certain âge.

Objectif Pologne

Pour sa part, il persiste dans cette activité, afin se maintenir physiquement, mais également pour se faire plaisir en variant les disciplines, tout en se donnant un objectif à atteindre, comme pour ses défis.

Il faut souligner qu’il bénéficie de bonnes conditions d’entraînement au Parc des Sports de Haguenau entre 12 et 14 h (il travaille au sein de la direction de la Jeunesse et des Sports de la Ville), ainsi que sur la piste de Wissembourg où il côtoie ses collègues vétérans qui drainent également de bons résultats, mais sur route quant à eux.

Il se prépare dorénavant pour les championnats d’Alsace et de France en juin et éventuellement en cas de qualification, pour le championnat d’Europe en Pologne au mois d’août.

 

texte DNA

 

 

Voir les commentaires

32ème montée du Grand Ballon

Publié le par Jean-Georges

 

Florian et moi avons  programmé cette course pour nous préparer au semi-marathon  d’Aletsch (suisse), le dénivelé étant exactement le même (1200 D+)  mais sur une distance beaucoup plus courte (Grand ballon 13,5 km /  Aletsch 21,1 km) donc beaucoup plus raide.

 

P1410427 

Malheureusement la météo n’était pas de la partie et n’en faisait qu’à sa tête, toute la semaine sur les différents sommets des Vosges il pleuvait et pire encore, le jour précédent la course il neigeait et les sommets étaient revêtu d’un léger manteau blanc.

Après une longue discussion avec Florian, qui a réussi à me convaincre, j’ai quand même décidé d’y aller. La grande surprise était au réveil, ciel ensoleillé et aucun nuage,  les dieux seraient t’ils avec nous ? En tout les cas d’après les organisateurs, ce serait la première fois qu’il y a une météo aussi favorable depuis la première édition il y a 32 ans.

Serait-ce grâce au déplacement du RACW, allez savoir !

Arrivé sur place, on s’est tout de suite rendu compte de l’ampleur de cette course, depuis trois années consécutives la montée du Grand Ballon fait partie de la coupe du monde de course de montagne, cette année elle était la première sur cinq courses dont Grintovec (Slovénie), Mayerhoffen (Autriche), Ponte di Lego (Italie) et Bursa (Turquie). 

Imaginez-vous le plateau d’Athlètes mondialement connu, présent ce jour là, même l’ambassadeur de Turquie était présent pour accueillir un des meilleurs grimpeurs du monde ARSLAN AHMET qui a d’ailleurs remporté l’épreuve en 59’28’’ meilleur chrono affiché sur cette course.

 

parcours 

En ce qui concerne ma course, que du bonheur ! Soleil, montagne, nature, alpage, et que de la montée. La première partie de la course était la plus dur, deux petits murs qui calmaient les esprits dès le départ et à partir du sixième kilomètre la longue ascension vers le sommet dont on  pouvait apercevoir le radar et le monument des diables bleus dès les premiers hectomètres de la course.

 

grand-ballon02.jpg

 

Belle séance de côte, on ne trouvera pas mieux dans notre région. Il y a mille façons de se préparer au dénivelé, Florian, Victor et moi avons choisi le grand Ballon et croyez moi, sans regrets.

Christine Poyet était aussi de la partie et s’est très bien défendu sur la course féminine (8.3km / 832 D+). Il faut aussi dire qu’elle rate le titre de championne d’Alsace suite à un problème de maillot, chose assez fréquente chez Christine.

 

Résultats :

13500 (1241 D+)

     

VICTOR PFISTER

1h29'05''

7

ESM

FLORIAN BAYER

1h30'33''

8

ESM

JEAN-GEORGES BAYER

1h30'43''

30

V1M

JEAN-LUC SCHWEITZER

1h30'44''

11

V2M

       

8300 (832 D+)

     

CHRISTINE POYET

0h55'26''

7

SEF

 

 

La course vue par Victor :

 

Afin de me préparer correctement pour le semi d’Aletsch, j’ai décidé avec Jean Georges et Florian de m’inscrire à la montée du grand ballon, course de montagne par excellence, avec du bon dénivelé (+ 1200).

 P1410500.JPG

Toute la semaine précédant la course, je regardais le sommet par la fenêtre de ma cuisine et je me disais: “dans quelques jours, on va en baver la haut.”

Quand nous sommes arrivés sur place, nous étions déjà très contents de la météo, grand soleil, 18° en bas et 9° en haut. Puis, au fur et à mesure que le temps avançait, nous avions de plus en plus envie d’en découdre, surtout en voyant tous les grands champions qui s’échauffaient.

  

Vint enfin l’heure du départ.

Je suis partit assez à l’avant de la course, pour ne pas me faire piéger dans les entonnoirs au niveau de l’entrée des sentiers, mais bon, les premiers étaient déjà loin.

 

 La première partie de course était assez roulante, avec quelques petites cotes, mais rien de grave par rapport à ce qui nous attendait 5 km plus loin.

En effet, une grosse montée juste avant Goldbach, puis un léger replat, et c’était reparti pour “un mur” en sortie de Goldbach: sur 500 m, j’ai vu peu de coureurs qui ne marchaient pas tellement c’était raide. J’aurais bien aimé voir les premiers sur cette partie.

Après cette cote, une petite descente nous permettait de relâcher un tout petit peu les muscles, et après, plus que de la montée: 6 km avec le pourcentage qui augmente de plus en plus jusqu’au sommet du grand ballon. Les décors défilèrent: au début, que de la foret, puis quelques pâturage, puis de nouveau de la foret, ensuite vinrent les alpages et pour finir la dernière partie en sol très caillouteux à 1400 mètres.

Vers le sommet, je jetais quelques coups d’œil pour voir le paysage, mais je préférais regarder où je mettais mes pieds, surtout dans la partie caillouteuse.

Une fois arrivés, nous en avons profité pour monter jusqu’au sommet du radar, pour, cette fois ci, pouvoir vraiment et tranquillement admirer le paysage.

 

Je reviendrais courir au grand ballon, car c’est vraiment mon style de course, même si ça fait mal sur le moment.

 

Merci encore à Jean Georges pour cette très belle journée !

 

 

 

Voir les commentaires

Courses de Strasbourg 2012

Publié le par Jean-Georges

 

DSC03704.JPG

 

5 km        
JONATHAN MIQUEL 0h16'03'' 2 SEM  
XAVIER PFISTER 0h19'03'' 6 JUM  
         
10 km        
NADINE BATÔT 0h42'28'' 12 SEF  
STEPHANE ROTT        
LAURENT BROSSARD  0h49'52'' 80 V2M  

 

21,100 km

       
BRUNO BOELLINGER 1h24'13'' 1 V2M Champion du Bas-Rhin V2M
THIERRY BRUG 1h24'46'' 32 V1M  
JEAN-GEORGES BAYER 1h26'49'' 42 V1M  
FLORIAN BAYER 1h37'15'' 10 ESM Champion du Bas-Rhin ESM
GEORGES THALMANN 1h37'55'' 164 V1M  
ETIENNE IFFRIG 1h41'50'' 7 V3M Champion du Bas-Rhin V3M

 

 

 

Voir les commentaires

Kurstadtlauf Bad Bergzabern

Publié le par Jean-Georges

 

   

BLOG-2012-2338.JPG

 

Les résultats:

800m      
JEANNE CONEILLE 0h03'26'' 1 WJ10
NOAH WEIMER 0h03'35'' 1 MJ10
NOLAN THALMANN 0h03'39'' 4 MJ10
SAMUEL SCHWARTZ  0h03'48'' 5 MJ10
ETAN BILLMAN 0h04'04'' 10 MJ10
       
4400m      
MIRIAM BOSSERT 0h20'26'' 1 WHK
INES THALMANN 0h21'28'' 1 WJ16
GEORGES THALMANN  0h21'29'' 12 M40
       
8000m      
SIMON HARIA 0h38'14'' 2 MJ20
THIBAUT LUTZ 0h39'44'' 3 MJ20
       
15600m      
BRUNO BOELLINGER 1h08'48'' 1 M50
THIERRY BRUG 1h10'25'' 2 M40
JEAN-GEORGES BAYER 1h11'54'' 3 M40
FLORIAN BAYER 1h13'29'' 1 MHK
GEORGES THALMANN 1h21'42'' 8 M40
CLAUDE STRIEBIG 1h24'21'' 9 M40
ETIENNE IFFRIG 1h25'30'' 1 M60
YANNICK EGLIN 1h37'25'' 7 M30

 

RAC-1.JPG

 

 

 

Voir les commentaires

Courir pour une bonne cause.

Publié le par Jean-Georges

 

 

de-grandes-enjambees-au-service-d-autrui.jpgLa Main du Cœur est une association qui organise des événements sportifs, culturels et festifs afin de récolter des fonds qui seront reversés intégralement aux associations qui s'occupent des enfants.

 

Cette association a organisé ce weekend une grande course ludique ‘’les Petits pas du Cœur’’ dans la forêt de la Wantzenau, dont le départ et l’arrivée se faisaient à la cour de Honau.

Cette course a été organisée au profit d’Habitat Humanisme (association d’aide aux familles en difficultés), des IRIS de l’Association Régionale d’Aide aux Handicapés Moteurs et de Nathan un petit garçon de 4 ans malvoyant.

La course, sur 5 et 10 km, soutenue par Fernand Kolbeck (ancien, mais néanmoins grand champion d’athlétisme) et son club, a rassemblé plus de 340 sportifs près à se mouiller pour la bonne cause. Dans ce même peloton j’ai retrouvé notre ami Georges Thalmann et sa femme Marie-Jeanne, qui tous les deux ont participé à cette manifestation en s’alignant sur le 5 km, ils franchissent la ligne d’arrivée en couple avec un temps de 32’01’’.

Bravo.

 

 

Voir les commentaires

Mon premier trail

Publié le par Jean-Georges

 

Le dimanche 15 avril 2012 fut l’occasion pour moi de réaliser mon premier trail, pour découvrir cette pratique en plein essor, mais aussi pour me préparer en vue du semi marathon d’Aletsch.

J’ai donc décidé de m’inscrire pour la MAC VI, 25 km avec quelques 700 m de dénivelé positif.

 

courses-niederbronn-024--1024x768-.jpgN’ayant pas d’expérience dans la matière, je décidais de suivre notre cher Thierry au départ.

Après un petit tour de stade, les choses sérieuses commençaient déjà avec 100 m de D+ en un peu plus de 1 km pour bien faire chauffer les cuisses.

Vers le 5ème km, je fis signe à Thierry de partir, je ne voulais pas me mettre dans le rouge dès le début. Il s’accrocha à Sepp et ne le lâcha plus.

Moi de mon coté, je pris un rythme qui me convenait plus: montées régulières, en marchant s’il le fallait et descentes rapides en récupérant tout de même. Ceci me permit de dépasser une vingtaine de coureurs. Le premier ravitaillement me permis de recharger les batteries, les effets du coca se ressentirent 10-15 minutes après.

Vers le 16ème km, dans un léger faux-plat descendant, un groupe d’une dizaine de coureurs me dépassa et je décidais de m’accrocher à eux. Malheureusement, je n’étais pas totalement relâché sur ce chemin pierreux et mon genou gauche commença à faire mal. Juste avant la dernière montée du Wintersberg, je m’arrêtai pour m’étirer, mais rien ne changeait. Je suis monté en marchant, en espérant que ça irait mieux une fois en haut, surtout que je me réjouissais depuis le départ pour la dernière descente de 5 km. La première partie de la descente dans les chicanes du Wintersberg me fit vraiment souffrir, même en marchant. Je recommençais à trottiner quelques 500 m après la descente, avec les encouragements des coureurs qui me dépassaient à pleine blinde. La fin de la course se fit dans la douleur, à chaque choc sur ma jambe gauche et surtout au fait de devoir freiner à chaque foulée.Finalement j’ai terminé en 2h14’32.

 

Je suis assez satisfait de mon temps, mais je reviendrais pour cette fois ci pouvoir profiter pleinement des joies de la descente finale et améliorer largement mon temps.

Après une bonne douche, un petit tour chez le masseur était nécessaire. Il me dit que j’avais une belle inflammation du tendon du genou, donc arrêt total pendant une semaine, puis reprise tranquille.

 

L’objectif étant surtout l’Aletsch, les entrainements vont bientôt reprendre, surtout pendant mon séjour en Suisse dans deux semaines, dans la vallée à coté du glacier.

 

Victor PFISTER

 

 

Voir les commentaires